Rebondissement dans l’affaire Omar Raddad : l’ADN retrouvé est celui d’un crustacé

Rebondissement incroyable dans l’affaire Omar Raddad, 25 ans après les faits. En effet, les empreintes génétiques retrouvées sur trois scellés de l’affaire ne sont ni celles du jardinier ni celles des possibles suspects désignés par son avocate, a fait savoir le parquet de Nice ce lundi 10 octobre.

La comparaison de ces traces, ADN retrouvées sur deux portes et un chevron, n’a toutefois pas été faite avec le recours du Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), qui permet de déterminer une éventuelle correspondance avec une personne répertoriée dans ce fichier, a précisé le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre. Car de toute évidence ces traces ne sont pas des traces humaines mais des traces de crustacé, très probablement un homard …

Bien entendu, tout le monde se souvient de l’inscription « Omar m’a tuer » écrite par la victime avec son sang avant de mourir. Omar Raddad son jardinier avait tout de suite été accusé. Il semblerait toutefois que la victime avait une très mauvaise orthographe comme en atteste le « tuer » au lieu de « tuée », ce qui expliquerait le Omar en lieu et place de « Homard ».

Omar Radda aurait déclaré ce matin en apprenant la nouvelle qu’il en voulait à son père de n’avoir pas écouter sa mère. En effet celle-ci voulait l’appeler « Krevet », mais le papa de Omar désirait un prénom plus viril … qui ne lui aura au final causé que des ennuis …


Donnez votre avis, chaque opinion compte !

Rejoignez-nous sur Facebook
et restez informé de l'actualité, la vraie , celle que les autres vous cachent ! Merci de soutenir un média libre indépendant.

Vous pouvez également vous inscrire à notre Newsletter et recevoir chaque semaine  du contenu exclusif vérifié par un huissier assermenté.


SONDAGE DU MOIS :