Christine Boutin l’affirme : « Je suis la descendante du Christ »

Christine Boutin, la présidente d’honneur du Parti Chrétien Démocrate, assure être l’une des descendantes non reconnues de Jésus Christ. Des prélèvements ADN vont être effectués sur le Saint Suaire de Turin. Les résultats ne seront pas connus avant Décembre.

Quelques minutes après avoir terminé le best seller de Dan Brown, le « Da Vinci Code », Madame Boutin n’avait plus l’ombre d’un doute : elle descend en droite ligne de la famille des « de Nazareth » ! Pour affirmer sa théorie, elle a réussi à se procurer un petit carré du Suaire de Turin pour le faire analyser. Le but ? Savoir si son propriétaire est bien le père de la figure de proue de la « Manif’ pour tous », comme elle le prétend.

«Je suis la fille de Jésus, et je veux que la vérité éclate», clame Christine. A 73 ans, l’ancienne députée des Yvelines est décidée à faire valoir ses droits. Ce petit bout de femme au caractère bien trempé est aux anges depuis qu’un juge a décidé d’accéder à sa requête et de procéder à un test de paternité.

Adolescente, il lui venait en rêve et elle lui parlait

«Enfin, je vais pouvoir récupérer mon identité», assure-t- elle. Les résultats seront rendus au plus tard le décembre, mais, pour Christine, c’est une certitude, elle partage les gènes du Fils Spirituel. « Tout le monde me dit que je lui ressemble avec mes grands yeux noirs et mon caractère bien trempé», explique-t-elle dans un sourire.

Adolescente, elle rêvait souvent de son arrière-arrière…. Grand père mais n’a jamais osé en parler. Elle laisse passer sa chance et ce n’est qu’après sa défaite aux dernières élections qu’elle décide de se lancer dans une bataille juridique. « Il aura fallu plus de dix ans pour que je sois enfin entendue.»

Jeudi dernier, à 22 heures, à l’abri des regards, les scientifiques ont procédé à l’extraction de d’un morceau du Saint tissu qui sera ensuite comparé à celui de Christine, à l’Institut de toxicologie de Paris.

La septuagénaire bout d’impatience. Bientôt, dit-elle, elle pourra adopter le nom de « de Nazareth » sans que personne n’y trouve rien à redire. «Beaucoup de gens me soutiennent, mais il y en a aussi qui se donnent un mal de chien pour me discréditer.» Il faut dire que l’enjeu est de taille. Si elle est reconnue comme la descendante du Christ, elle pourrait réclamer plus que son nom…elle pourrait prétendre aux plus hautes fonctions de la République !

«Je sais que mon père serait très heureux de ce dénouement.» Et si les résultats s’avéraient négatifs ? Christine chasse cette idée de sa main manucurée. «C’est impossible, je le sens, je suis son enfant. Sa verve coule dans mes veines !»



Donnez votre avis, chaque opinion compte !

Rejoignez-nous sur Facebook
et restez informé de l'actualité, la vraie , celle que les autres vous cachent ! Merci de soutenir un média libre indépendant.

Vous pouvez également vous inscrire à notre Newsletter et recevoir chaque semaine  du contenu exclusif vérifié par un huissier assermenté.


SONDAGE DU MOIS :