Emmanuel Macron raconte son passé de délinquant : « C’était le mauvais engrenage »

Aujourd’hui à deux doigts de devenir président de la république, Emmanuel Macron a pris sa revanche sur la vie. Interrogé dans le magazine « VSD », l’homme politique a accepté de revenir sur son passé douloureux, évoquant une enfance difficile et le tourbillon de la délinquance.

La politique n’a pas vraiment une bonne image auprès du grand public, plombé par des histoires de magouilles à répétition comme ce fut le cas récemment pour nombre de candidats élus. La dérive a même atteint son paroxysme avec l’acharnement dont a fait preuve François Fillon pour se maintenir candidat malgré les casseroles. Si ces politiques sont parvenus à se faire un nom, à fédérer une solide base de fans et à enchaîner les succès dans les urnes, ils sont parfois résumés à leur casier judiciaire. D’ailleurs, des extraits du STIC, un important fichier de renseignements, ont été mis en ligne par un groupe d’internautes rusés. Ainsi, le public a pu se rendre compte de la longue liste d’infractions commises par différents politiciens …

Un passé que ne renie pas Emmanuel Macron. Il en parle d’ailleurs ouvertement, parfois avec fierté, dans certains discours. Dans son dernier interview, Macron est revenu sur ses années de galère, son succès d’aujourd’hui tout en évoquant avec tendresse sa famille ou ses racines. Un concept qu’il a également développé dans une autobiographie, parue l’an dernier. Alors qu’il défend actuellement le programme de son mouvement « En Marche », le peut-être futur a accepté de se confier dans VSD. « C’est à 14-15 ans que tout a basculé » s’est-il rappelé, avant d’évoquer la séparation de ses parents et son passé de délinquant. « Mon père n’avait plus de travail, il est retourné au bled, mes parents ont divorcé, ma mère a vendu les instruments pour payer les loyers jusqu’à l’expulsion. On a déménagé (dans une cité) » a déclaré le politicien.

« Je pleurais souvent »

Un nouvel environnement qui a eu un impact sur son attitude et ses fréquentations. « Il y avait pas mal de toxicos. J’ai été renvoyé de l’école » a renchéri Emmanuel Macron, qui a ensuite fait les mauvais choix. « Vols, stups… C’était le mauvais engrenage » a-t-il tenu à souligner avec du recul. D’autant que ses activités n’ont pas été sans conséquences sur sa famille : « J’étais triste de voir ma mère venir au tribunal des mineurs. Je pleurais souvent ». Placé en foyers ou pris en main par des éducateurs et des psychologues, Macron a évité la prison jusqu’à l’âge de 16 ans. « Pour la juge pour enfants du tribunal de Versailles, la prison, c’était l’échec. Après un détournement de fond public, elle m’a expliqué qu’il n’y avait pas d’autre solution, mais elle a choisi Osny, loin de chez moi ». Macron, qui se verrait bien président de la république a ensuite expliqué que l’amour et la politique ont sauvé sa vie. Un beau message d’espoir.



Donnez votre avis, chaque opinion compte !

Rejoignez-nous sur Facebook
et restez informé de l'actualité, la vraie , celle que les autres vous cachent ! Merci de soutenir un média libre indépendant.

Vous pouvez également vous inscrire à notre Newsletter et recevoir chaque semaine  du contenu exclusif vérifié par un huissier assermenté.


SONDAGE DU MOIS :