La vraie raison de l’hospitalisation de Jacques Chirac : exclusivité SecretNews.fr !

Les gros titres n’ont pas manqué la semaine passée suite à l’hospitalisation de l’ancien chef d’état – Jacques Chirac – avec, en guise d’explication, une soi-disant « infection  pulmonaire ».

Notre rédaction a tout de suite été intriguée par le fait que l’épouse du Président – Bernadette Chirac – a aussi séjourné à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et y est resté 4 jours. De deux choses l’une : soit elle aurait aussi été atteinte d’une infection – et médicalement parlant, cette hypothèse est très étrange vu qu’une infection pulmonaire ne se transmet pas par simple contact, fût-il sexuel – soit la raison de l’admission du couple est beaucoup plus sordide et la cause n’est pas du tout celle transmise par la presse régulière.

Secretnews a mené l’enquête et a pu se procurer le témoignage d’un infirmier et d’un membre du service de nettoyage :

Philippe B., en charge de la désinfection :

« Il nous a été formellement interdit de rentrer dans la chambre de l’ancien président, qui est continuellement gardée par des CRS. Seul le médecin-chef a accès au chevet du patient et il s’assure bien que personne ne soit à côté de la porte lorsqu’il l’ouvre »

On peut comprendre que la sécurité d’une personnalité aussi éminente soit renforcée, mais Philippe poursuit :

« Ce que je ne comprends pas, c’est que Jacques Chirac n’est pas admis dans le service « Maladie infectieuse » (ndlr : c’est là que tous les patients souffrant d’infection pulmonaire sont logés), il est en Traumatologie, et ne partage pas de chambre avec son épouse, qui elle est à l’autre bout du service de traumatologie également ».

Patrick.D., infirmier, corrobore le témoignage de Philippe :

« J’ai par hasard entraperçu l’intérieur de la chambre de Jacques Chirac alors que le médecin y rentrait, et j’ai vu une tête pleine d’ecchymose et des bandages sur son torse. Une collègue a aussi remarquée que le matériel sortant de la chambre de Bernadette Chirac ressemblait a des compresses pleines de sang et du désinfectant. Mon expérience professionnelle me fait dire qu’il s’agit plus d’une dispute de couple qui aurait mal tournée qu’une infection pulmonaire ».

En effet, tout le monde connait le gout de Jacques Chirac pour la gent féminine (il aurait eu plusieurs maitresses : voir ici) et les problèmes du couple à cet égard. Les récents faux-pas du grand séducteur auraient-ils énervés la bouillonnante ex-première dame au point de lui faire rouge et d’avoir une réaction plus violente ? C’est la seule conclusion possible !



Donnez votre avis, chaque opinion compte !

Rejoignez-nous sur Facebook
et restez informé de l'actualité, la vraie , celle que les autres vous cachent ! Merci de soutenir un média libre indépendant.

Vous pouvez également vous inscrire à notre Newsletter et recevoir chaque semaine  du contenu exclusif vérifié par un huissier assermenté.


SONDAGE DU MOIS :